Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La crise et le nouvel ordre mondial

Publié le par le-franc-tireur.over-blog.com

crise.jpg

 

Ça y est !!! La grande crise est servie au banquet des élites!
Terrain fertile apprêté, la fine fleur sème au vent les graines d'un "nouvel ordre mondial" !
Et c'est reparti comme en 29!!! C'est toujours comme ça qu'on nous prépare à la casserole... Une bonne crise, ça vous aveugle un peuple en moins de deux! Ça fait passer les dictateurs sanguinaires pour des envoyés de la providence! Ça fait courir les beatniks en chemise à fleur dans des guerres de régulation démographique! Ça met les anarchistes au pas des organisations supranationales antidémocratiques! Ça fait gober la pilule réformatrice aux intégristes radicaux! Ça pousse les plus grands libertaires à souhaiter leur propre esclavage...

 

Ceux qui voient cette crise comme le fruit de l'inconscience financière sont de fieffés nigauds qui mésestiment périlleusement les structures bancaires... Malgré la virtualité partielle de l'économie moderne, le naufrage d'une banque aux USA ne fait pas, d'un monde riche, un monde pauvre en quelques jours!... Cette crise perdure et prend cette envergure par le refus des "banquiers internationaux" de créditer les petites banques et les entreprises! Il ne faut rien de plus pour provoquer une récession globale dans nos systèmes où la croissance dépend de l'augmentation de la dette... (voir : «  l'argent dette» )
Mais comme il faut un prétexte pour de tels agissements : l'affaire des Subprimes tombe à pic! Prêtez à des pauvres gens qui ne pourront s'acquitter de leurs dettes, découpez ces prêts jusqu'à ce qu'ils soient méconnaissables, inondez-en les quatre coins du globe sous la forme d'actions, et quand l'évidence de l'impossibilité de remboursement éclate, vous avez un début de crise mondiale, la meilleure raison de bloquer le système financier... Une fois les coffres-forts cadenassés, l'industrie licencie à tout va! Et c'est qui de nouveau les dindons de la crise?

Les banques se ferment les portes entre-elles, mais déroulent le tapis rouge aux états qui recapitalisent les banques... C'est surréaliste! Pourquoi un tel détour?
On en vient donc aux mobiles de cette probable crise organisée. Le premier coup est dans le mile... Avec nos politiciens aux guichets, le hold-up des nations s'est révélé simple formalité. Les banksters ont fait mine d'être à terre pour mieux nous détrousser!
La vaine recapitalisation du système bancaire "déficitaire" semble avoir définitivement scellé le sort des états européens... Endettés jusqu'au cou, on ne les imagine plus sauter de ce train fou dont le terminus est la faillite... (et la tutelle européenne voire mondiale qu'on sent à plein nez!!!)
Un autre paradoxe confirme cette thèse. Voilà que les chevaliers de la sacro-sainte économie de marché, qui ont fait couler sang et argent pour le triomphe du capitalisme financier, en appelle à la nationalisation des banques! Suicide collectif? Mon oeil! On privatise les bénéfices et quand ils se muent en pertes, on les nationalise! (Pour accélérer le crash des nations : rendez-leur le manche en chute libre! Les parachutes dorés sont prévus pour vous sortir de là!)

Ensuite, demandons-nous pourquoi les scribouillards de la quatrième branche nous rappellent la "crise" à chaque tirage et chaque JT? Pourquoi l'amplifier en nous affolant de la sorte? Pourquoi deviennent-ils, subitement, de fervents activistes anti-libéraux qui hurlent au "new deal"?
Cette grille de lecture apocalyptique d'un libéralisme crépusculaire annonce bien l'aube d'un monde nouveau...

Comprenons bien que le libéralisme est aussi la précarité des élites... Si ce concept leur a permis d'atteindre pouvoir et prospérité, il peut aussi leur reprendre! Ses jours sont donc comptés sous le règne de quelques familles déterminées à défendre la toile qu'elles ont tissée sur le monde...
Mais, sachant que le meilleur moyen d'installer durablement un système c'est d'établir d'abord son contraire pour profiter des mécontentements aisément suscités, l'immoral chaos organisé nommé "libéralisme" a été indispensable à notre conditionnement au totalitarisme de demain... Nous en retenons que la liberté et le hasard sont des fléaux pour la société... Et, puisqu'on lie toujours l'économique au social, nous en déduisons que l'homme moderne, comme le banquier, n'est pas digne de maîtriser son destin, et se doit de porter la bride au cou...
En considérant qu'hormis quelques réclames bien maquillées, les informations ne sont qu'une surenchère de tragédies, de scandales politiques et économiques, de guerres mortifères, de faits divers qui commémorent la barbarie humaine, il faut se résoudre à la phase de préparation par le mécontentement qui nous est imposé... Si nos élites tenaient au paysage social, économique et politique actuel, elles en dresseraient un portrait bien plus harmonieux!

Il n'est pas saugrenu de se lancer dans quelques prédictions des grands bouleversements légitimés, à court ou long terme, par cette crise :
- Dynamitage des derniers remparts de l'état-nation pour répondre à un krach mondial... (Quand la toxicité du globalisme est révélée, on nous en fourguera davantage! Où fuir en cas d'abus de pouvoir d'un état mondial?)
- Centralisation du système financier pour le "réguler" et le protéger des vilains traders... (Plein pouvoir au FMI, à la banque mondiale et aux banques centrales! En gros, plus de pouvoir entre moins de mains!)
- Généralisation de la monnaie électronique car l'économie aussi veut sa sécurité!!! (Possibilité de couper les vivres à tout dissident)
- Annexion d'une politique de société au supercapitalisme, annoncée par la prolifération des lois liberticides et l'uniformisation culturelle menée tambour battant! (On garde les injustices du capitalisme, comme la dictature de l'argent ou l'asservissement des peuples par le travail, la consommation et la pauvreté et on y ajoute les immoralités du socialisme qui ont fait leurs preuves sous Hitler, Staline et Mao...)


Qu'on se le tienne pour dit, les grands de ce monde fertiliseront la crise jusqu'à notre épuisement total! Alors gardons notre sang froid ou les décisions que nous prendrons sous la panique nous plongeront dans une servitude encore plus irrémédiable...

 

Commenter cet article